Association

Les amis du Château du Bois Glaume



L'association des amis du Château du Bois Glaume vise la préservation du patrimoine architectural et culturel.


Notre premier objectif est de sauver la chapelle ISMH et le pigeonnier.

Avant notre arrivée





Etat des lieux au moment de l'inscription aux monuments historiques en 1972



Etat des lieux au moment de l'inscription aux monuments historiques en 1972

Nos chantiers à venir



Le pigeonnier



Le saviez-vous, au Moyen Âge, les pigeonniers étaient un signe extérieur de richesse ?

Les pigeonniers sont surtout réservés aux seigneurs et à ceux qui possèdent des terres. En effet, la fiente de pigeon, appelée colombine, produit un engrais d’excellente qualité pour fertiliser les champs, grâce à sa riche teneur en azote et en acide phosphorique.

Dans les pigeonniers de petites loges en pierres, en briques, en torchis ou en terre cuite sont aménagées. Ces sortes de nids sont appelés boulins, ils peuvent accueillir, chacun, un couple de volatiles.


En Bretagne, l’un des plus anciens pigeonnier est celui du Château du Bois Glaume avec ses boulins en torchis, bâti au XVIe siècle.

Lors des alliances entre familles nobles, la richesse de chacune est souvent déterminée grâce au nombre de boulins du pigeonnier. Parfois certains exagèrent leurs possessions en ajoutant de faux boulins…

C’est de cette pratique que serait née l’expression « se faire pigeonner » !

Le nombre de ces boulins est réglementé en fonction de la surface du fief de son possesseur. On compte généralement un arpent carré (ou acre) par boulin, soit environ 2 boulins par hectare.

Ainsi, plus le pigeonnier compte de boulins plus le seigneur possède de terres et donc plus il est riche.

La Chapelle



La chapelle du Bois-Glaume (1747) ISMH.


Cette chapelle possède une abside à trois pans et un campanile. On y trouve les armes des Drouet-Chéreil (au nord) et des Chéreil (au sud).


Ce sanctuaire, dépendant du manoir de ce nom, fut fondée d’une messe tous les dimanches et fêtes par Mathurin Drouet, seigneur du Bois-Glaume, dans les derniers siècles.


L’ancienne chapelle, aujourd’hui sécularisée, se trouvait à l’entrée des jardins et avait dû être construite au commencement du XVIIème siècle.


La chapelle actuelle, bâtie dans la cour du manoir, porte le millésime de 1747 ; sa charpente est en très mauvais état ainsi que ses murs qui prennent l'humidité.


La Chapelle actuelle, inscrite aux monuments historiques, présente un remarquable retable Lavallois (les retables Lavallois, constitués de marbres mayennais et de tuffeau du XVIIè siècle sont parmi les plus remarquables et les plus originaux de France).

Les retables Lavallois ont diffusé leurs armes dans tout l’ouest de la France.